Scroll to top

Order !

Order !

En production. Un film de Mathieu Verboud

« Order ! » raconte la troisième « saison » de la saga du Brexit, depuis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Boris Johnson en juillet 2019 jusqu’à la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne le 1er janvier 2021. Cette saga, qui a plongé le Royaume-Uni dans une crise politique sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, a eu comme théâtre principal la Chambre des Communes, clé de voûte de la démocratie britannique, et sans l’accord de laquelle rien n’est possible dans ce pays.

La première « saison » s’était déroulée en 2016, avec le référendum voulu par le Premier ministre David Cameron qui aboutit à la victoire inattendue des partisans du Brexit. La deuxième a vu sa successeuse, Theresa May, démissionner après avoir échoué à obtenir une majorité parlementaire sur son projet de sortie de l’UE. Dès sa prise de fonction, Boris Johnson affronte à son tour une Chambre des communes qui lui mène la vie dure, afin de prévenir toute sortie de l’Union européenne sans accord avec celle-ci. Chambre qu’il commence par suspendre puis qu’il finit par dissoudre, ouvrant la voie à de nouvelles élections en décembre 2019. Le Premier ministre en sort triomphant, et la nouvelle Chambre des communes approuve enfin le traité de sortie du Royaume-Uni de l’UE. Reste à construire l’épineux accord de divorce juridique et commercial entre le Royaume Uni et l’UE. Perturbées par la pandémie, incertaines jusqu’au bout, les négociations entre Londres et Bruxelles se terminent au forceps à la toute fin décembre 2020.

Construit comme un huis-clos théâtral, ce film est réalisé à partir des archives télévisées des séances intenses et souvent dramatiques de la Chambre des communes de juillet 2019 à décembre 2020. Animés par des fortes personnalités, ces débats à rebondissements multiples et aux accents shakespeariens révèlent autant l’âpreté du combat politique au Royaume-Uni que les contradictions qui déchirent depuis quatre ans la société britannique. Ils offrent enfin une plongée saisissante dans une démocratie parlementaire, où l’humour, souvent ravageur, ne perd jamais ses droits.